La vie Communale

Notre Dame de la Consolation


L'église de Courdemanche est classé par arrêté aux Monuments Protégés depuis le 04 février 2002.

Malgré l’absence d’écrits historiques datant de la période du moyen âge, des caractéristiques ont cependant permis de reconnaitre l’antiquité de la paroisse.

Reconstruite en grande partie au XIIème siècle, elle comprenait une unique et vaste nef.

Plusieurs fois remaniée au XVIème siècle, elle est agrandie par la construction deux chapelles latérales. Le chœur est alors prolongé. Afin de compenser la dénivellation du terrain et permettre l’agrandissement de l’église, une crypte est construite en 1581. La crypte à peu à peu été laissé à l’abandon, en effet depuis le XIIIème siècle l’usage des cryptes est tombé en désuétude.

La crypte abrita cependant un tableau sur bois peint de l’école Flamande, « La cène », l’artiste n’est cependant pas identifié. L’œuvre a été inscrit aux objets classée le 16 juillet 1908.

A la renaissance, le style gothique n’est plus actuel, n’apparaissant que dans l’ogive des fenêtres des transepts. On peut ainsi dire que l’église est de style Romane. Entre le chœur et la nef s’élève une tourelle dotée d’une flèche en ardoises.

Les travaux sont achevés en 25-30 ans.

De 1767 à 1769 fût construite la tour du clocher actuelle, remplaçant la tourelle.

Le 11 juin 1767 fut posée la première pierre de la tour du clocher. Une grande fête anima la paroisse et une messe solennelle fut célébrée.

Cet édifice, de forme carré, est un hors d’œuvre, plaquée sur le bas-côté de la nef. L’année de l’achèvement des travaux est gravée sous la corniche.

L’église donnait un accès au cimetière par la porte latéral identifiée à l’extérieur par des têtes de mort, très caractéristique de l’époque de la renaissance.

Le cimetière à par la suite été déplacé.

Le clocher comporte deux cloches.  Celles-ci ont été refondues à plusieurs reprises par un maître saintier.

La plus petite des cloches à été fondue en 1840, à la fonderie HILDEBRAND à Paris. Elle pèse 502 kg pour un diamètre de 951 mm.

La deuxième, fondue en 1857 à la Fonderie BOLLEE au Mans  pèse 905 kg pour un diamètre de 1156 mm.

La plus petite cloche présente des points d’usure important. Le risque de fêlure est tel qu’une restauration à court terme va devenir indispensable si l’on veut continuer d’entendre le tintement. Les édifices religieux vont avoir  besoin de la générosité de la population pour continuer d’exister.

La cloche de l’église est un témoin sonore des évènements de la vie. Il accompagne les mariages religieux, baptêmes et inhumations.

Agenda des Festivités

Courdemanche en image